Feeds:
Articles
Commentaires

entre-mes-mains-le-bonheur-se-faufile-la-nouvelle-perle-d-agnes-martin-lugand_4807024-LRoman – Michel Lafon
5 juin 2014
16,95 € – 336 pages

Quatrième de couverture :

Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.
Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…
Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.

Mon avis :

Cette auteur m’intriguait dès son premier livre. Toutefois, je n’ai pas eu la possibilité d’acheter son livre pour le lire. Le titre de son premier livre m’intriguait et la couverture aussi, je sentais que ce livre allait m’intéresser. Mais le destin a fait que je devais lire son second roman qui s’avère aussi du même ton que j’avais imaginé. En effet, le titre est évocateur et la couverture aussi. Il ne m’en fallait pas plus pour sauter sur ce livre. Je l’ai donc choisi et j’ai décidé de le lire le plus rapidement possible.

Dès le début, on est face à une écriture simple qui ne raconte que l’essentiel sans se perdre dans des envolées. Je peux dire que c’est une écriture qui me suffit même si je regrette l’absence d’envolées lyriques qui fait, pour moi, l’âme d’un roman. Toutefois, à travers ce style simple l’auteur réussit à concocter une très belle histoire.

L’histoire est au fond très bien faite. Il aurait peut-être fallu plus de tragique à mon gout, mais ma passion pour le  tragique doit y être sans doute pour quelque chose. Mais le tout est très bien fait, Iris n’est pas franchement une surhumaine mais elle est assez déterminée et les événements font que son parcours suit son cours. Bref, je pense que l’histoire était très bonne.

Outre les aspects déjà évoqués, l’histoire était globalement satisfaisante. L’histoire n’est pas atypique mais j’apprécie toujours ces types d’histoire où quelqu’un se rends compte de son potentiel pour en profiter à fond malgré vents et marées. Et c’est d’ailleurs un peu le résumé du livre. L’histoire d’Iris m’a profondément touché, ce bonheur avorté, cette vie quasi-imposée, cet enfermement et au final, cette ouverture si soudaine. Autant de péripéties qui remet au gout du jour l’aspect initiation au bonheur du roman.

J’ai beaucoup apprécié la description du Paris extravagant et dangereux en comparaison à la province où les petits bourgeois se satisfont de tout ce qui permet de vivre aisément sans vouloir le bonheur. La rupture est énorme et la transfuge qu’est Iris a réussit à montrer les contradictions de ses deux milieux. Sur cet aspect, l’auteur est très forte. Elle nous fait même comprendre quelque chose d’important  sur ces milieux sociaux.

La fin est surprenante d’un aspect et ne l’est pas de l’autre. C’est étrange à vrai dire, j’ai trouvé cette fin forte et puissante mais aussi inattendue. Quand vous commencez ce livre, personne ne s’attendrait à une telle fin. C’est peut-être mieux ainsi mais le fait est que ça m’a un peu surpris. Mais bon, ce n’est pas une mauvaise fin, au contraire, j’ai trouvé que par bien des aspects, elle terminait très bien ce récit d’initiation.

Ça se laisse lire et c’est même efficace par moment. Ce n’était pas entièrement ce à quoi je m’attendais mais il n’en reste pas moins un bon livre. J’ai certains regrets concernant ce livre mais je n’irai pas jusqu’à dire que je suis déçu.

Publicités

xJnEPOTqHAn9997HZMTSdPwVAZY

Étant tagué par le blog Le coin lecture d’Ambre pour le tag Liebster Award qui a pour principe de faire découvrir de nouveaux blogs.

Pour participer, il faut mettre le lien du blog qui vous a nominé, rédiger onze anecdotes sur soi, répondre aux onze questions posées par le bloggeur qui a nominé et enfin nominé onze autres blogs en leur posant onze questions.

Onze anecdotes sur moi : 

– À la rentrée, je vais être dans ma deuxième année de droit à l’Université d’Orléans et j’aime bien ce que je fais.

– J’ai toujours aimé savoir plein de choses mais ça s’empire avec le temps. Avec le temps, je me rends compte que je ne saurais jamais tout sur tout et c’est déprimant…

– C’est la même chose pour les livres, j’essaye toujours de faire des listes d’envies exhaustives. Mais le problème, c’est qu’il y en a tellement et que je me dis que je ne pourrais jamais les lire entièrement. Parfois, c’est déprimant mais parfois je me dis que je ne suis pas obligé de lire tout ce que j’ai soi-disant envie et que je devrais tout faire avec le feeling.

– Je lis vraiment de tout mais vraiment. Je peux passer d’un classique à un livre très léger tout en lisant un essai. J’adore changer de genre de livres puisque ça me change et au final, ça fait comme si je lisais tout le temps quelque chose de différent.

– Je suis des séries américaines depuis pas trop longtemps mais j’ai découvert pleins de bonnes choses. Par exemple, True Detective de Nic Pizzolatto que j’ai adoré ou bien Da Vinci’s Demons qui est super original et très intéressant.

– Avant, je n’aimais pas trop les films. Mais maintenant, je commence à m’habituer puisque tout le monde semble apprécier cela. Au fond, j’ai découvert plein de bonnes choses comme par exemple Her qui est, je peux le dire, devenu un de mes meilleurs films.

– À chacun de mes examens (ou partiels désormais), je stresse à un point inimaginable. Je pense toujours avoir raté une épreuve et je me dis que je pourrais faire mille fois mieux.

– J’aime écouté de la musique mais je n’ai jamais eu de genre favori. J’écoute de tout donc quand on me demande : t’écoutes de quoi ? Je ne sais jamais quoi répondre surtout quand j’écoute de la musique étrangère que personne connait…

– Je ne sais plus quoi dire, en plus, ce que je dis me parait vraiment inutile ahahah. Ah au fait, je suis en vacances.

– Je ne sais pas quoi devenir plus tard, j’aime beaucoup les études et je pense que je vais en profiter pour me faire des années d’études.

– Avant, je ne lisais pas autant. C’est depuis le lycée que je m’y suis mis et j’ai découvert beaucoup de choses. Mais le seul problème, c’est le manga, je n’ai jamais pu.

Les questions du Coin lecture d’Ambre :

1/ Quel est votre livre préféré ?

Je ne sais pas, j’en ai tellement que j’ai adoré mais je ne pourrais pas en donner un comme ça. Ça ne veut pas pour autant dire que je n’ai rien adoré mais je n’ai pas qu’un préféré.

2/ Si votre vie était un livre lequel serait-il ?

Je ne sais pas, je suis vraiment désolé de répondre négativement à cette deuxième question mais je ne sais pas du tout. Je n’ai jamais pensé à ça et je ne sais pas, les livres que je lis ne ressemblent pas à ma vie et c’est bien mieux comme ça, je pense.

3/ Si vous pouviez aller n’importe où pour lire sans être déranger où iriez vous ?

J’irais dans un coin nature de montagne tranquille où il fait beau pendant le printemps puisque je ne veux pas pour autant bruler. J’aimerais y être seul pour lire et faire des promenades toute la journée.

4/ Votre animal préféré ?

C’est bien évidemment le chien. Surtout les petits chiots, c’est toujours très mignon. Je n’en ai pas, mais j’aimerais beaucoup en avoir pour pouvoir l’éduquer et m’amuser avec.

5/ Quel est votre époque historique préférée ?

J’hésite entre l’époque victorienne où les règles sont très durs mais où tout est plus fin pas comme aujourd’hui où tout est extravagante ET la Belle Époque où il n’y a pas encore toutes ses technologies qui nous dénature, je pense. J’ai l’air de détester notre époque, ce n’est pas trop faux mais je suis bien obliger de m’y faire.

6/ Une musique qui vous rappelle un livre ?

Je lis en silence donc, à vrai dire, je n’ai pas de chanson qui me rappelle un livre. Mais il y a bien une exception, il s’agit de… en fait, j’ai oublié la chanson mais si jamais je la retrouve, je vous l’écris. il s’agissait d’une musique qui me rappelait Nos étoiles contraires de John Green.

7/ L’endroit le plus cool que vous avez visité ?

Je pense que c’est Paris, je ne pourrais pas vraiment dire si c’est réellement cool MAIS c’est une très belle ville. Une ville merveilleuse que j’aimerais habiter et que je le ferais si possible dans quelques années.

8/ Si vous étiez riche que feriez-vous de votre argent ?

Je me payerais un appartement, une maison de vacances, des livres, une voiture, je ferais aussi des dons et je rendrais riche une famille pauvre.

9/ Le moment le plus embarrassant de votre vie ?

Comme c’est embarrassant, vaut mieux pas que je vous le dises ahahah (je ne triche pas, j’élude seulement la question).

10/ Quelque chose que vous voulez absolument avoir/faire, mais que vous n’en avez pas la possibilité ?

J’aimerais avoir des vacances en Turquie (dont je suis originaire) ou bien trouver un job d’été. Pour l’instant, je n’ai pas la possibilité de faire aucune des deux choses.

11/ Un film qui vous a fait pleurer ?

Titanic bien sur mais aussi Her qui est sorti il n’y a pas longtemps. mais bon, vous le dites à personne j’espère ? ;)

Les blogs que je nomine :

Malheureusement, je ne vais pas pouvoir nominer d’autres blogs puisque je ne pourrais en trouver autant et je ne veux pas vraiment déranger tant de gens. Mais bon, personnellement, j’ai pris plaisir à le préparer. Mais si vous voulez le faire, voici les questions de Coin Lecture d’Ambre.

Les questions de Coin Lecture d’Ambre pour vous :

1/ Quel est votre livre préféré ?
2/ Si votre vie était un livre lequel serait-elle ?
3/ Si vous pouviez aller n’importe où pour lire sans être déranger où iriez vous ?
4/ Votre animal préféré ?
5/ Quel est votre époque historique préférée ?
6/ Une musique qui vous rappelle un livre ?
7/ L’endroit le plus cool que vous avez visité ?
8/ Si vous étiez riche que feriez-vous de votre argent ?
9/ Le moment le plus embarrassant de votre vie ?
10/ Quelque chose que vous voulez absolument avoir/faire, mais que vous n’en avez pas la possibilité ?
11/ Un film qui vous a fait pleurer ?

Love_Letters_to_the_Dead_hdRoman – Michel Lafon
15 mai 2014
16,95 € – 320 pages

Quatrième de couverture :

Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Mon avis :

A première vue, ce qui m’attirait dans ce livre était exclusivement la couverture. Le résumé était intrigant mais rien par rapport à cette belle couverture. Donc, au final, je me suis mis à le choisir sur ce seul principe et je pense de plus en plus que c’est un bon critère. Une fois commencé, ce livre m’a fait passer de sentiments en sentiments pour aboutir à une idée générale qui est très bonne. Ce livre est en effet très bon.

Le début est un peu lent, on ne sait pas vraiment dans quoi l’on est embarqué. C’est donc la raison pour laquelle je me suis mis à douter de la qualité du livre. Mais le fait est que ça s’est vite amélioré et j’ai pu voir une légère structure qui tenait le récit. Donc, ne faites pas attention à ce début qui ne montre pas l’efficacité du roman dans son intégralité.

La suite est de mieux en mieux… en effet, ce livre s’améliore de pages en pages pour devenir au final très intéressant de tout point de vue. En effet, plus on avance, plus le livre acquièrt son aspect philosophique où l’auteur interroge des notions importantes comme la mort, le courage, le bonheur…! L’auteur a une manière d’interroger ces notions très intéressantes puisque c’est fait d’une manière indirecte à travers les lettres que Laurel envoie à des célébrités décédées. Mais qu’ont-elles en commun au final ? Cet aspect philosophique du livre est sans doute le plus intéressant à mes yeux puisqu’il m’a réellement surpris et intéressé.

Par-là, j’en profite pour vous parler de Laurel. Elle est une fille très sympa mais fragile. J’ai beaucoup apprécié cette fragilité qu’elle réussit peu à peu à combattre pour au final devenir quelqu’un d’autre tout en étant elle-même. C’est compliqué à expliquer sans vous en dévoiler trop, donc je me limiterai à dire que c’est un roman d’initiation. Un roman d’initiation qui est toutefois original par de nombreux aspects que je ne pourrais énoncer ici sans vous gâcher l’histoire.

D’ailleurs, en parlant de roman, je me trompe un peu puisqu’il s’agit d’un roman épistolaire. Un roman épistolaire dont on comprends l’intérêt petit à petit. Le début ne montre pas l’intérêt de tout cela mais peu à peu la narratrice parle vraiment aux destinataire de ses lettres et j’ai très apprécié ça. D’ailleurs, on y comprends des choses sur des célébrités que je ne connaissais pas beaucoup ou pas du tout.

Cette histoire est, pour moi, très belle et très lyrique. L’auteur a très bien écrit cette très belle histoire teinté de lyrisme. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce livre, ce sont les références littéraires, musicales qui abondent et qui augmentent l’aspect lyrique puisque la narratrice cite de beaux passages. Je dirais que ça fait rêver mais ça pourrait paraitre naïf mais c’est bien comme cela que je l’ai ressenti.

Il ne faut absolument pas se fixer sur un problème dans ce livre. Il faut s’intéresser à l’histoire en entier pour pouvoir prendre plaisir à voir Laurel changer et grandir, sans quoi vous pourrez être déçu. Cette histoire dans sa globalité est très bien construite, tellement bien qu’elle m’a emmené très loin d’ici.

Décapant. Réflexionnel. Lyrique. Voilà comment je définirais ce livre qui m’a emmené très loin pour réfléchir et me faire rêver. Une auteure que j’aimerais découvrir dans un autre livre et ce très rapidement, je l’espère.

Lecture commune avec Les lectures de Nebel (dont voici la chronique qui est un peu plus mitigé )

18068693Roman – Quercus Book
03 mai 2014
 £6,99 – 384 pages   
 

Quatrième de couverture :

When Alex meets Kate the attraction is instant.

Alex is funny, good-looking, and a little shy – everything that Kate wants in a boyfriend.

Alex can’t help falling for Kate, who is pretty, charming and maybe just a little naive…

But one of them is hiding a secret, and as their love blossoms, it threatens to ruin not just their relationship, but their lives.

Mon avis : 

Dès sa sortie, je voulais lire ce livre puisqu’il était écrit par Cat Clarke et qu’elle est quasiment devenu un de mes auteurs préférés. Toutefois, comme j’avais mes cours, je ne voulais pas gâcher ma lecture. Donc, je n’ai commandé ce livre que dernièrement et je l’ai lu dès la réception. Suis-je déçu ? Non du tout mais je ne suis pas enthousiasmé plus que cela. Je vous explique tout ça.

L’avant-dernier livre de l’auteur, c’est-à-dire UNDONE, était sublime. J’avais tout apprécié dans ce livre tant par son thème sensible que la façon dont l’auteur l’avait traité. Le tout était génial et je pense que ça reste son meilleur bouquin à mon sens. Toutefois, après un tel coup de coeur, faire la même chose était très compliqué. Et A KISS IN THE DARK n’a pas dépassé UNDONE tout en restant dans la lignée de l’auteur qui écrit de très bons livres. Ce livre est génial certes mais il ne manque pas d’erreurs qui m’ont empêcher d’entrer dans le livre complètement.

L’histoire en elle-même est très originale. Je ne pense qu’il existe un autre livre qui ait un tel thème ou sinon très peu. L’histoire est conduite par une main de maitre par Cat Clarke qui, ça se voit, gère très bien la trame de ces histoires. Elle a une base à laquelle elle se permet d’ajouter tout ce qui explique l’histoire. Bref, j’adore sa façon de raconter une histoire et c’est ce qui n’a pas changé ici.

Toutefois, il y a bien quelque chose que je reproche à l’auteur. En effet, sinon ça aurait été un coup de coeur et je n’aurais rien à dire de tel. Le principal problème pour moi est le point de vue dans ce livre. J’ai trouvé dommage que l’auteur divise l’histoire en deux points de vue complètement opposé puisque lorsqu’on est dans un point de vue, on ne sait aucunement ce qui se passe dans l’esprit de l’autre. J’aurais apprécié avoir les deux points de vue lors des moments critiques et cela était absent.

Outre les problèmes, il y a aussi de nombreux point d’admiration. En effet, sur de nombreux points, j’admire l’auteur comme sur celui d’expliquer les sentiments, de les présenter à un tel point humainement qu’on ne peut pas dire qu’ils ne sont que des êtres de papier. L’exemple d’Alex est très précisément ce à quoi je pense, j’ai trouvé que l’auteur l’a crée d’une façon magnifique. Elle a su retranscrire des sentiments très compliqués d’une manière limpide et réaliste. C’est bien la raison pour laquelle je lirais tous ses livres.

Elle a une façon très juste de présenter les adolescents dans toute leur réalité et leur innocence. C’est vraiment qu’elle a un talent pour cela puisque c’est ce que je répète depuis son premier livre.

L’auteur a toujours cette façon de mettre au milieu de son histoire, un secret. Même si on en apprends rapidement le contenu, l’auteur suit la trame tout autour de ce secret ce qui peut rendre angoissant. Angoissant à l’idée de voir le secret révélé tout en attendant qu’il le soit. Cela m’a vraiment angoissé à l’idée que cela allait bien être dévoilé à un moment. J’ai même eu une petite tendance à m’ennuyer en attendant la chose.

La fin était clairement clarkienne. Une fin maitrisée qu’on aurait pu attendre mais qui ne manquait pas pour autant de puissance. Une fin qui fait toujours son effet surtout sur mon niveau de liquide lacrymal. Une fin que j’ai tout simplement adoré et qui termine somptueusement bien le livre.

Un livre et une auteure qui mérite le détour. Une histoire d’adolescence, une histoire de vérité et de mensonge qui traite de sujets importants avec une émotivité extreme. Une histoire qui vous fait mal en crescendo mais une belle histoire en somme.

Les_papillons_revent-ils_d_eternite_hdRoman – Michel Lafon
03 mai 2014
14,95 € – 220 pages   
 

Quatrième de couverture :

« Cette journée du 1er janvier, la première de la dernière année du monde, il s’est passé quelque chose de spécial entre nous, les élus. C’était comme au printemps, quand on devient joyeux sans comprendre pourquoi. C’est la dernière année de souffrance, a dit papa. Bientôt, on sera libérés. »
À travers cette apocalypse manquée, une jeune fille de 13 ans contemple la condition humaine dans ses craintes et ses obsessions, dans son incroyable capacité d’imagination pour triompher d’une vie sans espérance.
Le roman de Sandra Labastie explore la frontière très fragile où la croyance jouxte la folie.

Mon avis : 

Une couverture splendide, un titre évocateur, que me fallait-il de plus pour vouloir ce livre ? Rien. Et voilà donc la raison du pourquoi j’en suis venu à lire ce livre. C’est assez superficiel, j’en suis malheureusement conscient. Mais bon, le contenu m’intéresse souvent plus que le contenant après ma lecture. Je vais donc vous parler du contenu dans cette chronique puisque le contenant est déjà clairement visible.

Dès les premières pages, j’ai trouvé ce récit troublant et angoissant, pourquoi me direz-vous ? La raison est qu’il traite d’une secte (lors de la soi-disante apocalypse de 2012) qui croit à la rédemption de leur pairs lors de l’apocalypse. Et tout cela, du point de vue d’une jeune fille de 12-13 ans qui subit plus qu’elle ne vit la foi de ses parents et de son entourage. J’ai tout de suite trouvé l’ambiance étouffante puisque les gens de cette secte (si on peut les appelait comme cela) sont bien trop bornés, bien trop marginaux que tout le monde se moquent d’eux. Et vous imaginez une petite fille qui ne comprends rien qui se retrouve du coté des croyants ? Elle ne comprends pas grand chose du pourquoi et en reste à la propagande de la secte. C’est dérangeant pour cette fille.

Je souhaite insister sur l’aspect angoissant et troublant de ce livre. En effet, c’est le cas, je me suis senti oppressé durant toute ma lecture puisque je m’étais attaché au personnage (qui n’a d’ailleurs, pas de nom) et la façon dont tout se passait me rendait quasiment claustrophobe. Ce livre, je crois, vous troublera au plus haut point et c’est sans doute le but de l’auteur. Il dérange et nous fait réfléchir sur quelque chose qu’on a pas l’habitude de penser.

J’ai très apprécié la façon dont l’auteur décrit cette secte et ses croyances qui sont régis par d’autres lois que la loi commune. Rien n’est franchement choquant, ce sont des croyances comme des autres. La petite fille baigne dans cette secte et adopte le vocabulaire de cette secte et vis à travers elle. Petit à petit, elle découvre sa différence par rapport aux autres qui ne sont pas « élus ». Cette secte a l’air, du moins c’est comme cela que je l’ai perçu, d’étouffer les gens et de leur faire perdre leur libre-arbitre.

C’est en fait l’histoire d’un questionnement, du pourquoi du comment qui commencera par un dictionnaire. Peu à peu, la petite fille apprends des choses et en veut plus, elle essaye d’acquérir sa liberté en soi. Elle découvre des choses que son monde empli de tabous ne lui permettait pas. Elle essaye d’avoir des réponses à ses questions.

La fin est très bien conçu, je l’ai trouvé parfaite pour cette histoire. Une fin toute naturelle en soi mais qui a un impact énorme sur plein de monde. Une fin qui termine toute l’analyse sur la secte par un dernier regard. À vrai dire, je ne trouve pas quoi dire à part vous vacher l’histoire donc je vais m’abstenir de parler de cette fin que vous verrez si vous le lisez.

Une histoire de questionnements, de secte, d’obsession… Une histoire troublante qui nous fait réfléchir sur pleins d’aspects à partir des brèches de questions que la petite fille (qui n’a pas de nom, chose étonnante) nous pose. Je préfère ne pas trop vous en dévoiler et vous le laisser lire tranquillement pour découvrir ce livre atypique qui réussira forcément à vous déranger.

9782221140369Roman – Collection R 
15 mai 2014
17,90 € – 348 pages

Quatrième de couverture :

Elle peut voler l’apparence de n’importe qui. Au péril de sa vie… Sa mission : appâter un serial killer. Son don : voler votre apparence. Rejetée par sa famille à cause de son don, Tessa est accueillie à bras ouverts par la Cellule des aptitudes extraordinaires, branche ultrasecrète du FBI qui recrute des jeunes doués de pouvoirs surnaturels. Après deux ans d’entraînement intense, elle maîtrise enfin le sien : la métamorphose. Mais les choses sérieuses commencent vraiment pour Tessa lorsqu’un tueur en série sème la terreur dans une paisible ville de l’Oregon. Pour confondre le meurtrier, elle va devoir prendre les traits de Madison, l’une des victimes, laissée pour morte. Dans le rôle de la brebis sans défense, Tessa attend que le loup vienne parachever son oeuvre macabre… Si elle déteste cette imposture au quotidien, incarner Madison offre aussi des compensations, celles d’une vie normale que Tessa n’a jamais connue. Au-delà des faux-semblants, des multiples suspects et du danger omniprésent, elle va découvrir l’amitié et une famille soudée. Mais comment se faire aimer pour soi quand on est dans la peau d’une autre ? Les droits TV de la trilogie ont été achetés par la Warner Bros. « J’ai immédiatement accroché à cet univers de secrets, mais c’est avant tout Tessa qui a conquis mon coeur ! » Marissa Meyer, auteur de la trilogie best-seller Cinder

Mon avis :

Je n’attendais absolument rien de ce bouquin. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Je n’avais lu ni le synopsis ni entendu quelqu’un en parler. Je l’ai donc lu à l’aveugle. Et après ma lecture, je suis conquis. Un livre qui se lit rapidement mais qui fait son effet puisqu’il m’a fait sourire, il m’a ému  et m’a fait douter.

L’idée de base n’est pas ce qu’il y a de plus originale possible mais vous verrez que son utilisation est bien loin de là. Il s’agit donc d’une organisation qui regroupe des humains qui ont des aptitudes particulières (oui, c’est bien l’idée de X-Men). C’est plaisant comme idée mais sans plus, on est d’accord. Mais le fait est qu’on va suivre Tessa, qui peut prendre la forme de quelqu’un d’autre, dans une mission qui va être son baptême de feu. À travers cette mission, on va apprendre à connaitre Tessa et ses interrogations sur sa condition et sa mission. Une mission pleine de leçons pour Tessa donc. Déjà là, on est dans un scénario beaucoup plus intéressant. Quand c’est bien mené comme dans le livre, ce n’est qu’une partie de plaisir.

Tessa est génial. Pleine d’appréhension sur son don, elle apprendra peu à peu la portée de son don. De plus en plus attendrissante au fil des pages, on la voit se muer en un personnage véritablement sensible et donc humain. Humaine donc perfectible, voilà c’est qu’est donc Tessa. Elle n’est bien sur pas la seule dans tout le roman, il y a tout une panoplie d’autres personnages tout aussi géniaux (et parfois très énervant mais c’est normal).

Une histoire tant bien belle qu’émouvante vers la fin puisque l’issue de l’histoire a une particularité très émouvante. La fin du roman a le mérite de nous faire une base de réflexion sur quelque chose de pas commun (encore heureux) mais que j’ai trovué des plus intéressants donc tout en s’émouvant, on réfléchit. Je pense que cet aspect va permettre au livre de ne pas être oublié de sitôt est c’est très bien comme ça.

Pour la suite, j’ai quelque doutes. L’auteur nous laisse certes des pistes qu’elle pourra user et abuser mais j’espère qu’on aura aussi cet aspect émouvant et réflexionnel (je suis conscient que ce mot n’existe pas, c’est un néologisme volontaire). Ce tome était intéressant puisqu’il alliait bien tout les aspects d’une bonne histoire, j’espère qu’il en sera de même pour la suite.

Une histoire simple mais efficace. Voilà comment je définirais ce bouquin et c’est exactement ce qu’il me fallait pour les vacances. Je pense que c’est tout ce que j’ai à dire sur Tessa et ses aventures. Je vous le conseille bien évidemment.

9782221129302Roman – Collection R
15 mai 2014
12,90 € – 252 pages   

 

Quatrième de couverture :

L’ultime volet très attendu de la trilogie de Kiera Cass, best-seller en France et à l’étranger.

Une seule candidate sera couronnée

Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux. America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du coeur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…

L’ultime volet de la trilogie best-seller international

Mon avis : 

Si vous n’avez pas lu les livres précédents, abstenez-vous puisque j’ai eu une tendance à en dévoiler un peu trop sur cette chronique.

J’avais réellement hâte de lire ce troisième tome et de savoir, comme pour LA TRILOGIE DE BRAISES ET DE RONCES, ce que ça allait donner après un deuxième tome clairement agaçant. Au final, je suis conquis par cette histoire qui se termine comme je le souhaitais avec un aspect que l’auteur a su développer.

J’avais critiqué l’indécision de l’héroïne dans le deuxième tome et cela m’avait agacé à un point inimaginable. Ici, America est décidé, elle a un but et sait ce qu’elle veut. Et je peux vous dire que c’est très bien comme ça. America est ici bien décidé et contrairement au premier tome où elle était sous le coup de l’émotion, dans ce tome, elle est consciente de tous les tenants et aboutissants de ses décisions et j’ai TRÈS apprécié sa maturité.

L’aspect dystopie est très bien ficelé dans ce tome contrairement aux autres où ne faisait qu’évoquer l’aspect dystopie, là on est clairement dans la dystopie. L’auteur n’en fait pas trop, elle met tout ce qu’il faut de dystopie ce qui permet d’enrichir le récit et de lui donner un sens beaucoup plus général. Pour en revenir au deuxième tome, j’avais eu l’impression de lire les indécisions d’America. Mais là, le texte est beaucoup mieux ficelé et c’était à notre avantage.

Le fil de l’histoire est déroulé de façon méticuleuse mais pas de façon continue comme si tout était prévu d’avance mais au contraire comme si tout le chaos recevait un sens par la suite. Je ne sais pas si je me suis bien exprimé mais bon vous avez à peu près du comprendre. L’auteur ne ménage donc pas ses personnages puisqu’elle les fait tournoyait dans un océan d’actions qui m’a, personnellement, ravit. Cela donne un rythme très particulier à l’histoire qui suit son cours tout en sortant parfois.

Ce dernier tome était beau. Une belle histoire qui fait plaisir à lire de temps en temps qui ne tombe ni dans le conte ni dans l’optimisme forcé. J’ai trouvé ce livre bien fait et le fait est qu’il donne la pêche comme on dit. L’issue du bouquin était (peut-être) prévisible mais cela n’empêche pas que la fin était juste sublime. Un livre qui nous dépayse et nous sort de nos problèmes quotidiens.

Une série qui vends du rêve et qui fait du bien. Une histoire de prince et de princesse dans un monde qui n’est pas si pailleté.